Pandémie – La fin du monde dans la bonne humeur

On m’a débauché pour sauver le monde alors que moi je voulais continuer à mater des chatons à qui on fait gouzigouzigouzi boup gouzigouzigouzi boup. Bon c’est pour la bonne cause et puis dans tout film du box office qui se respecte, le héros est un type plein de muscles, intelligent et surtout blasé… J’ai donc fini par me lever en soufflant pour mettre mes talents au service des USA.

Pandemie - jeu de société

Parce que oui le jeu commence toujours à Atlanta! Comme dans tout navet des série B qui se respecte… manquerait plus qu’un cliché avec une maman qui rentre du boulot en pleine prise de tête avec ses enfants et le sac de course qui craque pour compléter le tableau! Pas de maman dans notre petit groupe de joueurs mais un jeune shooté à l’herbe, une blonde belle, mais pas trop pour qu’on puisse faire croire qu’elle est intelligente, un jeune papa avec des chemises à carreau et qui sent un peu le vomi de bébé mais que je supporte parce que c’est lui qui a trouvé ce jeu. Ça va être dur d’avoir une happy end avec cette équipe.

On vit dans un monde sans pitié avec les clichés

Le jeune papa, prend les rênes et m’explique rapidement. On a un plateau de jeu où sont représentées les grandes villes de ce monde (je check vite fait qu’il y ait Paris – c’est bon mon coté chauvin est satisfait, Bruxelles n’est pas là bien fait pour votre gueule les bouffeurs de moules!). Il y a quatre types de maladies représentées par des pions de quatre couleurs. Elles n’apparaissent que dans certaines régions du monde. Les bactéries bleues apparaissent en Europe et Amérique du Nord. Les virus noirs (c’est pas moi qui ai choisi les couleurs!) apparaissent dans la partie centrale de l’Eurasie.  Les rouges apparaissent chez les jaunes (désolé je devais la faire) et (roulement de tambour) les jaunes apparaissent en Afrique et en Amérique du Sud.

Le but du jeu est de développer des traitements pour soigner les 4 maladies tout en évitant qu’elles ne nous submergent. En effet, à chaque fin de tour on va poser des pions maladie supplémentaires sur des villes tirées au sort. Si il y a déja 3 pions sur une ville cela provoque une éclosion, c’est à dire qu’on va mettre un pion sur chaque ville adjacente. Et là… vous vous doutez que si il y a également 3 pions sur les villes voisines, les pions vont se multiplier comme les étincelles dans le ciel au 14 juillet sur le champ de mars.

Alors pour éviter que cela n’arrive, à chaque tour un joueur pourra se déplacer, nettoyer des cubes maladies, construire un centre de recherche ou créer un vaccin! Le principe me semble plutôt simple alors voyons si on arrive à vaincre l’herpès génital et l’acné!

Les subtilités qu’on ne comprend qu’en regardant les 3 min bonus de l’édition Blu-ray Super Collector Original

Il y a 2 pioches, celle des cartes joueurs qui contient une carte pour chacune des 48 villes, plus 5 cartes événements qui sont là pour nous aider et 3 à 6 cartes épidémies en fonction du niveau de difficulté souhaité(bien entendu le papa en manque de sommeil a jugé judicieux de mettre la difficulté au maximum pour la partie d’initiation… faites des enfants qu’ils disaient…)

Pandemie - jeu de société

La seconde pioche, la pioche de propagation, contient uniquement un exemplaire de chaque ville. C’est avec elle qu’on va placer un jeton sur les villes à la fin du tour de chaque joueur. Au début on va piocher 2 cartes propagations à chaque tour, puis ce nombre augmentera en fonction du nombre d’épidémie qui auront eu lieu (voir la photo ci contre avec la vitesse de propagation qui va augmenter à chaque épidémie).

Pandemie - jeu de société

Déroulement d’une scène de jeu

Pendant son tour, un joueur a 4 actions. Je vous ai mis les cartes résumant la liste des actions juste en dessous. Pour faire simple, on peut se déplacer, soigner (enlever un pion maladie là ou on se trouve) ou s’emmerder à faire tout un tas de trucs pour trouver un vaccin. Parce que c’est quand même le but du jeu et qu’on a vite tendance à l’oublier.

Pandemie - jeu de société
Pandemie - jeu de société

A la fin du tour on va tirer 2 cartes dans la pioche joueur. Dans cette pioche on pourra obtenir des cartes de villes, événement ou épidémie. Si on arrive à collecter 5 cartes ville d’une couleur identique on pourra se rendre dans un centre de recherche pour soigner la maladie de la couleur correspondante. Quand le tas est vide et qu’un joueur ne peut plus piocher de carte, la partie est perdue.

Si on a pas de chance on va tirer une carte épidémie… Vous allez les craindre autant que les conséquences d’un mauvais Kebab! D’un on va foutre 3 pions sur une ville encore vierge jusque là. De deux on va remettre la défausse de la propagation au dessus du tas et enfin on va accélérer la contamination(nombre de cartes propagation piochées à chaque fin de tour).

Pandemie - jeu de société

Il faut réussir à réunir 5 cartes d’une même couleur pour pouvoir créer un remède. Pour cela on peut s’échanger des cartes mais c’est sacrément pénible. Il faut que les 2 personnages soient sur la ville qu’on veut échanger (sans doutes pour des raisons de budget scénaristique) et on ne peut que donner, pas prendre ce qui veut dire qu’il faut bien gérer ses actions si on ne veut pas se retrouver à attendre bêtement juste pour récupérer une carte. C’est sans doute la partie du jeu que j’aime le moins. Cette façon de s’échanger les cartes est assez contraignante, alors certes ça rajoute du piment et apporte une organisation supplémentaire mais ça m’a cassé les bonbons.

Pandemie - jeu de société

Et enfin on va tirer les cartes propagations. Le système est vraiment bien conçu mais il faut un peu se concentrer. Alors dites à votre mioche d’allumer Netflix, donnez un os à votre conjoint et dites à votre chien d’appeler ses parents le temps de lire ce paragraphe.  (vous avez noté, j’ai dit conjoint et pas femme pour pas paraître trop macho!)

Donc quand on tire les cartes propagations c’est par au dessus et une fois les pions placés, les cartes vont dans la défausse. Puis les épidémies viennent foutre le bordel, en effet on va placer 3 jetons sur la ville du dessous du paquet et remettre la défausse (mélangée) au dessus du paquet! Ce qui veut dire qu’on va repiocher des villes où on a déjà placé des pions et donc augmenter le risque de provoquer une éclosion (plus de 3 jetons sur une ville).

C’est à ce moment là que le jeune shooté du groupe a décroché et a tenté de nous refaire les règles en nous expliquant que c’était plus logique de tirer les cartes par le dessous et de … (j’ai arrêté de l’écouter à ce moment là, j’avais retrouvé ma vidéo de chaton sur mon smartphone)

Ce système est vraiment bien pensé car comme dans la réalité, les contagions s’étendent mais il y a souvent un noyau où la contagion est plus forte. Avec ce système ils ont réussi à bien reproduire ce phénomène qui va vous mettre un stress de dingue quand vous verrez plein de villes avec 3 pions maladies et que vous savez pertinemment que l’éclosion va arriver en moins de temps qu’il n’en faut à The Rock Dwayne Johnson pour lire toutes ses répliques dans San Andreas…

Pandemie - jeu de société

Présentation des héros

Il y a 7 métiers dans le jeu de base.

  • Un planificateur d’urgence : il peur récupérer des cartes événements déjà utilisées. Les cartes événements sont là pour nous aider à endiguer les maladies ou à créer un vaccin plus rapidement, c’est pratique mais il faut que les cartes arrivent vite pour que ça soit utile.
  • Un répartiteur : il a le droit de déplacer les pions des autres joueurs. C’est vraiment super pratique!
  • Un médecin : plus efficace que M. Propre! il nettoie les maladies partout où il va!
  • Expert aux opérations : le type peut construire un centre de recherche où il veut et se déplacer super facilement à partir d’un centre. C’est pratique en fin de partie, mais c’est un second rôle que je donnerai à shia labeouf.
  • Spécialiste de mise en quarantaine : ça c’est un rôle de nana casse couille, celle qui vous répète dès le début du film qu’il faut tout fermer, les aéroports, les gares et même les Burger Kings! On aurait sans doute pas eu de film catastrophe si on l’avait écouté dès le début mais on évitera de lui dire. Dans le jeu elle empêche éclosion et placement de pions maladie supplémentaire là ou elle se trouve.
  • Chercheur: il peut échanger les cartes ville un peu ou il veut et mieux encore les joueurs qui sont sur la même ville que lui peuvent se servir directement dans ses cartes! Honnêtement tous les joueurs devraient avoir cette capacité.
  • Le Scientifique peut créer un vaccin pour seulement 4 cartes au lieu de 5. Ça c’est un rôle de vieux insupportable genre Sam Neil, qui sait qu’il est intelligent et est donc super méprisant tout le long du film et qui ne mourra pas parce que c’est le seul capable de sauver le monde… Parfois aussi, pour des raisons de quota on donnera ce rôle à une jeune femme asiatique.
Dwayne Johnson Pandémie
Sam Neill Pandémie

Bien entendu notre blonde, presque belle et presque intelligente voulait un métier à sa mesure, c’est pourquoi on lui a donné le répartiteur, dans le fond c’est juste un synonyme pour hôtesse de l’air…

A deux il peut être frustrant de tomber sur 2 métiers à la con surtout quand vous jouez en difficulté « LEGENDARY ». Alors vous pouvez soit décider de vous autoriser un 2° tirage, soit prendre 2 métiers chacun mais qu’un seul pion. A 3 ou quatre on est toujours assuré d’avoir un des métiers les plus sympa ( médecin, chercheur, répartiteur ou scientifique).

La tournée de promo et le ressenti des acteurs

Comme tout jeu en coop, j’avais peur d’éclipser les autres acteurs. Mais le jeu a suffisamment d’aspects à gérer pour que chacun puisse se sentir utile. Il faut qu’il y ait un Maître de jeu pour assurer un bon rythme et distribuer les cartes sinon le jeu peut vite prendre une plombe. En temps normal il faudra compter 40 minutes à une heure pour faire une partie, c’est le temps maximal de concentration du jeunot du groupe donc ça tombe bien.

Notre papa débutant, reste toujours sceptique sur la façon de gérer les éclosions en chaîne et j’avoue que parfois les règles manque de clarté et de détail sur ces points.

Pour ce qui est de la blonde, j’avais peur qu’elle ne se sente trop étouffée face à mon irrésistible Leadership, mais ça n’a pas été le cas et elle a même redemandé une deuxième et une troisième valse!

Quant à moi, j’ai beaucoup apprécié. Je sens qu’il va me falloir encore quelques parties pour bien appréhender le jeu et pouvoir sauver le monde, c’est rare qu’une scène se fasse en une prise et c’est ce qui fait le charme du métier! A la première partie j’étais obsédé par nettoyer le plateau de jeu et j’ai négligé les vaccins. A la seconde, j’ai négligé l’impact d’une éclosion en chaîne et la Chine s’est liquéfié sous l’effet d’une diarrhée mortelle. Il faut savoir trouver un juste milieu et adapter la difficulté à votre niveau.

Conclusion

C’est une belle découverte. Les mécanismes de jeu sont bien pensés et promettent de nombreuses parties avant de s’en lasser, Toutefois il y a le système d’échange de cartes que je trouve assez contraignant, alors certes c’est plus réaliste, mais je trouve ça vraiment pénible. J’aurai aussi aimé un peu plus d’événements ou de surprises, les épidémies étant quasi équidistantes, leurs arrivées sont prévisibles or c’est quasiment la seule part de surprise que l’on a.

La difficulté est adaptable et c’est vraiment un très bon point parce que vous ne vivrez pas du tout le jeu de la même manière en fonction du niveau choisi. Cela vous permettra aussi de vous adapter au public (facile pour les jeunes ou les personnes en situation de handicap capillaire).

Le matériel est de bonne facture, mais les couleurs des pions ne correspondent pas forcément aux couleurs des joueurs. L’immersion dans l’univers de ce nanard sur base d’une contagion mondiale est plutôt bonne, même si les sessions de gestion des propagations semblent plus longues que les périodes où l’on élabore des stratégies. Ce qui donne parfois l’impression de « farmer » plus que de jouer. Mais je vous rassure en ce moment je ne pense qu’à une chose c’est à comment je vais vaincre ce fichu herpès lors de ma prochaine partie donc j’ai vraiment bien accroché.

Enfin dernier point noir, c’est le prix. Presque 40€, ça me refroidit un peu. Surtout qu’avec la première extension on monte à 75€. J’espérais pouvoir attendre une promo mais ce jeu a un succès énorme et donc il n’y en aura sans doute pas. Je l’achèterai sans doute, mais pour l’instant je vais squatter le jeu du jeune papa. Si vous ne connaissez personne qui le possède alors n’hésitez pas, achetez le.

PS :  on me signale que l’extension corrige beaucoup des défauts que je relève ici. Mais je n’ai pas encore testé l’extension et je ne juge que le jeu de base.

Petit guide des extensions

Victime de son succès le jeu a bénéficié de nombreuses extensions et même si je n’ai pour l’instant testé que le jeu de base voici un guide pour ne pas vous tromper et acheter une extension qui est injouable seule.

L’édition de base est : Pandemic puis ses extensions directes, c’est à dire qui apportent des nouveaux mécanismes au jeu, sans en savoir plus ça a l’air sympa :

  • Pandémie – Au seuil de la catastrophe
  • Pandémie – In Vitro
  • Pandémie – État d’Urgence

Et ensuite les extensions qui nécessitent le jeu de base mais en change le fonctionnement, sans plus d’infos je déconseille :

  • Pandémie – Contagion : cette fois on est les virus et on essaie de bouffer les humains
  • Pandémie – Le Remède : version du jeu avec des dés…
  • Pandémie – Le Règne de Cthulhu : on garde les mécanismes mais on change de contexte en allant dans le monde lovecraft

L’extension qui m’excite vraiment :

  • Pandémie – Legacy : le principe c’est de pouvoir jouer 12 à 24 parties qui s’impacteront les unes à la suite des autres. Avec des  cartes qu’il faut déchirer, un plateau de jeu sur lequel on écrit! Bref je pense que je vais essayer de trouver ce jeu pour le tester rapidement!

Pandémie

39.93€
Pandémie
7.4

Matériel

7.0/10

Complexité

9.0/10

Divertissement

6.5/10

Système de jeu

7.5/10

Equilibrage

7.0/10

Pour

  • Les mécanismes de jeu originaux
  • La gestion de la coopération qui est nécessaire pour gagner

Contre

  • Le manque de surprise
  • L'impression de répétition qui peut s'installer
  • le prix un peu élevé
  • le manque d'équilibre entre les rôles des joueurs, certains sont vraiment pourris. Alors on est certes une équipe mais c'est désagréable de se sentir inutile.
  • Les règles qui sont parfois peu claires.

About the Author:

Amateur parmi les amateurs, j’ai une maison que je dois faire tenir sur pieds alors je bricole et je fais beaucoup rire les copains quand je leur raconte ensuite XD Ca ne m’empêche pas d’adorer bricoler. A coté de ça je suis un chasseur de champignons un peu geek qui adore ses animaux et les jeux en tous genres!

Leave A Comment